G comme… Googliser

Par le 5 décembre 2013

ABÉCÉDAIRE COMMERCIAL 2014 – A l’aube d’une nouvelle année et dans un environnement économique encore très instable, je vous propose de consacrer ce dernier mois de l’année à réaliser un état des lieux de la fonction commerciale : les évolutions marquantes, l’impact des nouvelles technologies, les nouvelles approches, les challenges à relever, et ce sous forme d’abécédaire commercial.

Une lettre par jour,  jusqu’au 24 décembre.

Aujourd’hui, G comme… Googliser

Non, ne cherchez pas, le mot est correct et fera partie des 150 nouveaux mots présents dans l’édition du Larousse 2014 avec ses camarades « textoter », « hashtag », « post », « speed dating » et « se faire désinscrire ». La définition donnée par le Larousse est la suivante : « Recherche des informations sur Internet en utilisant le moteur de recherche Google. » Que le lecteur se rassure, il pourra continuer à googliser avec tout autre moteur de recherche…

Googliser, un réflexe de commercial

Vous avez très certainement adopté le réflexe de « googliser » le nom d’un prospect, d’un nouvel interlocuteur sur un compte avant de le rencontrer. Cela vous permettra de découvrir le visage de votre interlocuteur, de connaitre son parcours professionnel, peut-être également ses loisirs et hobbies. Si la personne est active sur les réseaux sociaux, vous pourrez même découvrir les groupes de discussion auxquels il participe, ses contacts les plus fréquents. De nouvelles solutions ont été récemment développées qui permettent même de savoir si cet interlocuteur est rentré en contact avec un de vos concurrents ou partenaires.

Googliser, un réflexe de client

Si c’est devenu un réflexe pour vous, il n’y a aucune raison pour que cela n’en soit pas un pour vos clients. Vos clients, tout comme vous, prennent des informations sur vous avant de vous rencontrer. Imaginez une seule seconde l’impact si le résultat de leur requête leur permet de découvrir votre profil personnel Facebook, vos frasques d’étudiant et vos vieilles photos de classe de Copains d’avant….

 Googliser pour contrôler son e-reputation

250116_vignette_e-reputation

Comment maîtriser son e-réputation ?

La première action consiste bien sur à créer un profil professionnel sur un réseau social professionnel (Viadeo ou LinkedIn), à le renseigner généreusement (la culture du secret est un vilain défaut sur le web), à le mettre à jour régulièrement, et à se connecter à son réseau et l’élargir.

  • Mettre en place une veille sur votre nom : Google Alerts est un excellent outil pour surveiller l’apparition de votre nom sur le web. Vous pourrez ainsi vérifier ce qu’il se dit sur vous. Deux limites sont toutefois à souligner : une page peut mettre plusieurs jours voire semaines avant d’être indexée par Google. Par ailleurs, ces recherches peuvent générer un nombre important de résultats, fastidieux à traiter.
  • Mettre sous surveillance des pages ciblées : certains logiciels ou applications permettent de poser des alertes sur des pages concernant votre entreprise (pages Facebook, forums spécialisés, …). C’est un bon complément à la veille par mots clés.
  • Etre actif sur la toile : plus vous alimenterez votre e-réputation en information positive, plus il sera difficile pour une tierce personne de l’influencer. A contrario, si vous êtes absent du web, il sera facile pour le premier venu de dire, écrire ce qui lui plaira sur votre compte, et cette information deviendra vérité aux yeux de la plupart des internautes.

 

A demain pour une nouvelle lettre, demain H comme… Humain

Abonnez-vous à l’alerte mail pour ne rien rater de l’abécédaire commercial (en haut à droite de la page) !

Autre dossier sur le même thème

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous au blog

Afin de vous abonner et pour des raisons de sécurité, votre navigateur doit accepter les cookies et le JavaScript.