Présentations commerciales : convaincre avec Pecha Kucha

    Par le 26 février 2018

    Pecha Kucha, vous connaissez ?

    Si vous devez régulièrement faire des présentations à vos clients, à des prescripteurs, ou même en interne… si vous cherchez à être plus dynamique et plus engageant, cette technique est faite pour vous.

    Qu’est-ce que le Pecha Kucha ?Pecha Kucha

    Pecha Kucha, aussi appelé « 20X20 » est un format combinant une présentation orale et la projection de 20 slides se succédant  automatiquement toutes les 20 secondes. La présentation dure ainsi exactement 6 minutes et 40 secondes. Le mot vient du japonais et signifie « bavardage », « sens de la conversation ».

    Cette technique a été inventée par deux architectes basés à Tokyo, qui cherchaient à rendre leurs présentations plus percutantes et à éviter ce que beaucoup appellent la « mort par PowerPoint » !

    Deux exemples de Pecha Kucha :

    • Ce premier bâti sous forme d’histoire, par l’Institut National de Santé Publique du Quebec,
    • et celui-ci, présentant les champs d’application de l’intelligence artificielle.

    Pourquoi cela fonctionne ?

    • La capacité de concentration de votre auditoire est limitée ; limiter votre temps de présentation à moins de 7 minutes est une excellente garantie d’avoir leur écoute du début à la fin.
    • Ce format vous oblige à vous concentrer sur l’essentiel et à faire preuve de concision. Pas de blabla, juste ce que votre public attend.
    • Il vous oblige également à construire des supports visuels plus épurés : un minimum de textes et des visuels parlants.
    • Enfin, ce format est particulièrement adapté aux présentations à distance, type webinar, où il est encore plus essentiel de garder l’attention via la qualité du message.

    Comment construire votre Pecha Kucha ?

    1. Commencez par définir votre objectif final, ce dont vous voulez convaincre votre auditoire.
    2. Puis sélectionnez les messages clés qui vous aideront à atteindre cet objectif.
    3. Mettez-les dans l’ordre qui va convenir à votre auditoire, trouvez le fil rouge de votre présentation.
      Pour ces trois 1ères étapes, faites-les sur papier, et surtout pas face à un PowerPoint.  Sélectionnez d’abord ce que vous voulez dire, puis construisez vos outils, et pas le contraire !
    4. Maintenant et seulement maintenant, construisez votre support visuel.
      Appliquez pour chaque page ce principe : une image et 8 mots maximum, pas de tableaux, ni de graphiques.
    5. Il ne vous reste plus qu’à peaufiner votre discours.
      Pour être certain de ne pas dépasser, une règle simple : parler pendant 20 secondes correspond à 60 mots.
      Vous pouvez aussi choisir de ne pas opter pour le déclenchement automatique des slides au bout de 20 secondes; mais dites-vous que cette contrainte est une contrainte utile.
    6. Il ne reste plus qu’à vous entraîner !

    En conclusion, et pour vous inspirer, deux sources :

    Pour d’autres conseils dédiés aux présentations commerciales, c’est par ici.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    PATRICE RAYNARD Il y a 6 mois

    cette méthode à l’air vraiment top…. je l’adopte des aujourd’hui !

    Répondre

      Guillaume Lussiez Il y a 6 mois

      Pas de tableau Excel, pas de graphique…
      Ce n’est clairement pas pour moi!

    PATRICE RAYNARD Il y a 6 mois

    Encore une fois…. Merci Gaelle !

    Répondre
    GAELLE MENIN

    GAELLE MENIN Il y a 6 mois

    @Patrice, merci de ta fidelité et ton enthousiasme !

    Répondre
    Gaëlle MENIN-URIEN

    Gaëlle MENIN-URIEN Il y a 6 mois

    @Guillaume : on peut insérer un graphique dès lors qu’il permet de faire passer le message plus vite et mieux que n’importe quel autre support !

    Répondre

    skypot Il y a 5 mois

    Bonjour. Mouais.encore une fois, quelquun tire àboulets rouges sur PowerPoint. Même si quelques bons conseils sont donnés à la fin, avec une excellente référence, combien iront lire jusquau bout ? Pourquoi toujours mettre en défaut le logiciel ? Lorsquun texte est bâclé, incrimine-t-on Word ? nest-ce pas plutôt le rédacteur, le concepteur à incriminer ? Je suis formateur de présentation assistée par ordinateur, et que cela soit Bunkr, PowerPoint, Impress, Prezi ,Sway ou nimporte quel logiciel de PréAO, lorateur, sil souhaite toucher un maximum de personnes, peut soutenir ce quil dit par du visuel. Lêtre humain est dabord visuel.(écrire nest du « visuel », cela demande une analyse). Encore faut-il savoir faire un diaporama adapté ! Arrêtons de titrer nos post et dalerter sur le logiciel. Formons-nous et nincriminons pas le logiciel. Pourquoi est-ce toujours la faute des autres ! le problème est souvent entre le fauteuil et lordinateur. Avant dallumer lordinateur, allumons le cerveau et réfléchissons sur papier. Transposons les mots en visuel. Un diaporama est un document à voir, pas à lire.

    Répondre
      GAELLE MENIN

      GAELLE MENIN Il y a 5 mois

      @Skypot, je suis tout à fait d’accord avec vous et mon billet est avant tout l’éloge d’une méthode de création et d’animation de supports visuels. Il se trouve qu’un grand nombre de personnes utilise mal Powerpoint; or, on peut faire d’excellents supports visuels avec la méthode Pecha Kucha en utilisant Powerpoint

    Jean Paul JACQUET Il y a 5 mois

    Bonjour, petite question : pour apprendre et monter des présentations, quel logiciel faut-il télécharger ?
    Merci d’avance; JPaul

    Répondre

    Abonnez-vous au blog

    Afin de vous abonner et pour des raisons de sécurité, votre navigateur doit accepter les cookies et le JavaScript.