« Mon Pareto ne fait pas 80-20, est-ce grave docteur ? »

Par le 17 novembre 2020

Certains professionnels, notamment des achats, sont désemparés de ne pas retrouver ce qu’ils pensent être « la bonne forme de courbe »… Nous allons voir que non seulement tout va bien, mais aussi que l’on peut tirer des enseignements très utiles de ce constat. Mais commençons par rappeler ce que représentent vraiment « 80-20 » et « ABC ».

Le « 20 » n’est pas celui qu’on pense !

Tout débute par cette confusion comme quoi, par exemple, « 20% des fournisseurs devraient représenter 80% du montant des dépenses achats ». En fait, on devrait limiter le constat à « très peu de fournisseurs représentent… « . Même s’il est vrai que très souvent ce « très peu » se situe aux alentours de 20%, ce n’est pas une fin en soi, mais un constat préliminaire à effectuer… et dans le bon sens. En effet, le « 20% » n’est que le complémentaire du « 100% ».

Reprenons notre exemple en procédant en 2 temps :

  1. Qui sont les fournisseurs représentant en cumul 80% du montant des dépenses achats ?

On s’aperçoit ainsi que dans cet exemple le « très peu » se situe plutôt aux alentours de 30% et nous verrons plus tard comment interpréter cette information précieuse.

2. Comment se répartissent les 20% restant ?

Conventionnellement on repère qui sont les fournisseurs ne représentant en cumul que les 5% finaux. Et à l’inverse de tout à l’heure, ils sont très nombreux ceux chez qui vous dépensez très peu.     

Passer de « 80-20 » à « ABC » et prioriser ses actions

C’est très simple et ça n’a rien à voir avec le Activity Based Costing des contrôleurs de gestion. Les « peu nombreux » sont les « A », les « très nombreux » les « C » et entre ces deux catégories nous découvrons les « B ».

Comme vous le savez, chacune de ces catégories fait l’objet d’un traitement différencié :

  • Les A : ils focalisent votre attention, ils sont prioritaires. Dans notre exemple, ce sont des fournisseurs vis-à-vis de qui les négociations tarifaires ont un très gros impact.
  • Les C : dans la mesure du possible, il faut réduire leur nombre car ils représentent un poids administratif. Un compte fournisseur coûte autant à votre entreprise, que les montants de dépenses soient importants ou non. En accord avec vos clients internes, vous pouvez ainsi envisager de répartir les montants vers d’autres fournisseurs. On parle de « rationalisation » du panel fournisseur, mais attention à ne pas se séparer d’un petit fournisseur indispensable.
  • Les B : on ne s’en occupe qu’une fois que les deux précédentes ont été traitées, c’est à dire s’il vous reste encore du temps… Cela dit, les B peuvent recevoir des volumes issus des C dont on se sépare.

Maintenant que nous savons établir le « vrai » 80-20 avec ses 3 catégories, voyons maintenant comment interpréter la forme parfois inhabituelle de la courbe Pareto.


Découvrez notre formation

Cartographier et prioriser ses achats avec le marketing achats


Le « Pareto pur » et les autres…

Oui, il existe bien des Pareto donnant des courbes où 20% des « A » représentent « 80% » du total du critère analysé, les dépenses achats dans notre exemple ci-dessus. En outre, il est rassurant d’observer que les « C » représentent 50% du panel, et 30% pour les B restant. Dans ce cas-là, on a affaire à un « Pareto pur », celui qu’on a le plus de chances de rencontrer, statistiquement donc et quelle que soit la population (fournisseur, par exemple) étudiée.

Par conséquent, s’il n’est pas « pur », c’est que quelqu’un « a ratissé avant vous« , c’est-à-dire a déjà troublé la répartition statistique (naturelle) des éléments étudiés. Cette personne, votre prédécesseur (?), a vraisemblablement déjà mis en œuvre les recommandations rappelées plus haut concernant le traitement des 3 catégories. Donc potentiellement, il reste peu de choses à rationaliser (« C »), mais toujours et encore se concentrer sur les « A » tout en limitant l’introduction de nouveaux « C ». Cela revient finalement à « linéariser » le panel, c’est-à-dire à équilibrer la répartition entre les 3 catégories.

Et rassurez-vous, il reste toujours quelque chose à faire, notamment d’autres analyses Pareto : citons les ABC Produits ou Prestations achetés, Risques fournisseur, Puissance d’achats, Taux d’interdépendance fournisseur… Vous pouvez aussi tenter des Pareto croisés (Fournisseurs/Montants avec Produits achetés/Montants, par exemple) pour continuer de monter la barre et envisager des cartographies de portefeuille avec la Matrice de KRALJIC (voir le billet sur le sujet ici) puis des synthèses SWOT par famille d’achat, etc.


Découvrez notre cycle

Formation au métier d’acheteur


Tout va bien !

J’espère que vous voilà rassuré ! Un Pareto qui tend à s’aplatir pour ressembler finalement à un « 33-33-33″ parfaitement équilibré, c’est normal dès lors qu’un professionnel s’en occupe. Pareto, ou plutôt les analyses Pareto, restent des outils incontournables car faciles et rapides à utiliser à condition d’en tirer tout le (bon) jus. Il faut cependant rester vigilants quant aux risques de conclusions tirées trop hâtivement ; souvenez-vous toujours que « les achats proposent, les clients internes disposent ».

Autre dossier sur le même thème

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Avatar

Laurent PERAT Il y a 1 semaine

approche toujours n peu théorique qui n’e pas effectivement constatée dans la réalité
ABC est bien plus adaptable

Répondre

Abonnez-vous au blog

Afin de vous abonner et pour des raisons de sécurité, votre navigateur doit accepter les cookies et le JavaScript.